Les métiers dans les arts graphiques sont bien plus variés qu’on le croit.

Le grand public a souvent une vision tronquée, voire erronée des métiers dans ce domaine. On ne voit principalement que les métiers les plus connus comme ceux d’illustrateur ou même de mangaka. Et même ces métiers là sont souvent mal compris.

Les projecteurs étant malheureusement portés vers les métiers les plus connus, les opportunités finissent en peau de chagrin pendant que d’autres métiers restent dans l’ombre. Ce qui est, en fait, une opportunité pour les personnes qui souhaitent développer leurs compétences dans ces domaines.

Si cette distinction nous tient à cœur chez Voir et Dessiner, c’est parce que nous pensons que vos enfants (et vous peut-être) gagneraient à porter un regard plus large sur le secteur des arts graphiques. Ça leur permettrait, entre autres, de mieux comprendre l’environnement et de choisir leurs futurs métiers en toute connaissance de cause.

Et pour ce faire, nous avons posé quelques questions à Manon Blesch, enseignante  à l’école Voir et Dessiner. Nous dresserons un tableau général des métiers de l’art graphique, ensuite nous ferons un focus sur le métier de concept artist.

De quoi parle-t-on quand on parle de métiers dans les arts graphiques ?

Il est intéressant de noter que le sujet des métiers dans l’art est vaste. Les non-initiés, et même certaines personnes qui travaillent dans le domaine, ne connaissent pas tous les métiers de l’art. Bien sûr, l’objectif n’est pas de faire un rapport exhaustif, mais de faciliter la compréhension du milieu.

Les métiers qui reviennent souvent quand on parle de métiers dans l’art sont souvent ceux de mangaka, illustrateur, bédéiste, graphiste, architecte, etc.

Pourtant, il existe une multitude de métiers moins visibles qui font comprendre que le dessin existe vraiment partout.

Abordons d’abord le sujet du manga et de la bande dessinée. Je sais pertinemment que c’est le rêve de 90% de nos élèves et nous tendons à ce que ce rêve devienne réalité. Mais la réalité du marché complique les choses. Entre salaire qui laisse à désirer, production que je considérerais comme à la chaîne, travail intensif (où l’humain perd sa place) et risque de burn-out, le métier de mangaka n’est pas de tout repos et il est très important d’en avoir conscience.

Il y en a énormément sur le marché, donc c’est très compliqué de se démarquer. Le dessin est une chose, mais c’est surtout l’histoire qui va faire que le manga marche.

comparaison entre le webcomic et le manga One Punch Man

Prenons l’exemple du manga One Punch Man. Au début il n’avait pas pour but d’avoir un dessin très élaboré, puisque le scénariste n’est pas un dessinateur de métier. L’histoire a tellement plu qu’un dessinateur reconnu au Japon (Yusuke Murata) a décidé de faire les dessins de l’œuvre. Mais ceci est vraiment un exemple parmi tant d’autres. La concurrence est très rude.

Il est donc primordial de s’intéresser aux autres métiers des arts graphiques pour ne pas manquer des opportunités tout aussi intéressantes les unes que les autres. Cela dépend des affinités qu’ont vos enfants avec certaines disciplines.

Quels sont les métiers peu connus ou mal appréhendés dont tu voudrais parler ?

Le storyboarder

Tout d’abord, nous avons au plus proche du manga, le métier de storyboarder. Un métier que beaucoup de personnes ne veulent pas vraiment faire car il requiert beaucoup de connaissances, notamment en terme de mise en scène. D’ailleurs, il n’est pas nécessaire pour ce métier de savoir dessiner. L’objectif est surtout de pouvoir retranscrire un scénario qui arrive à captiver l’audience jusqu’au bout. Il y a un besoin réel de storyboarders, sans eux nous n’aurions pas d’aussi bonnes publicités, bandes annonces, animations ou encore films.

métier d'art graphique : storyboarder

L’illustrateur

J’aimerais aussi parler du métier d’illustrateur qui est aussi assez proche du sujet du manga, ainsi que de la bande dessinée. En effet, l’illustrateur va composer des images afin de faire concorder des univers de livres, d’un article de presse, d’une publicité, etc.

Il traduit un texte en images, il répond aux attentes d’un client. Son objectif est  d’attirer le regard tout en véhiculant un message. Pour cela, il réalise des dessins, des peintures, des collages qui seront reproduits sur une affiche, une plaquette, un livre, une revue, une pochette de disque ou encore un site Internet.

Si l’on visualise cela en métier, on pourra dire que l’illustrateur crée des images qui visent à vendre et à mettre en valeur un produit. Cela est donc assez proche du marketing. Pour bien se débrouiller dans ce domaine, il faut avoir des bonnes connaissances en théorie des couleurs et en composition d’illustration par exemple.

Le graphiste

Le métier de graphiste est aussi très répandu. Souvent on se trompe entre le graphiste et l’illustrateur. Ce sont quand même deux métiers à part entière qu’il faut dissocier.

Le graphiste, ou graphic designer, doit imaginer un visuel pour mettre un produit en avant. Il produit l’aspect artistique d’un emballage de produit (le packaging), d’un logo, d’une couverture de livre, d’un site web ou d’une affiche par exemple. dans le cadre d’une démarche marketing. Le but est de rendre le produit attractif et joli visuellement pour les clients. Il travaille principalement sur ordinateurs grâce aux logiciels de Publication Assistée par Ordinateur ( que l’on appelle plus communément PAO).

Il travaille souvent pour le compte d’une entreprise qui a, par exemple, un site web et qui a besoin de lui pour l’aspect visuel du site internet, au sein d’une agence de pub, d’une maison d’édition, d’une agence de communication ou encore au sein d’un studio de création graphique qui démarche des clients et travaille sur différents projets.

Les métiers plus “techniques”

Si on aime le dessin plus technique, nous avons les métiers d’architecte, architecte d’intérieur ou bien dessinateur industriel ( qui dessine les objets techniques que nous utilisons quotidiennement). Des connaissances en perspective et en ingénierie sont à acquérir durant les études dans ce domaine.

Mais ce ne sont pas les seuls métiers intéressants. On peut parler des métiers artistiques dans le cinéma et les jeux vidéo. Là où l’art nous est indispensable, qu’il soit en 2D ou en 3D.

Le premier métier qui me vient en tête est celui de Matte Painter. Il est intéressant, mais il exige une technicité très pointue.

Travaillant dans le secteur de l’animation cinématographique et des jeux vidéo surtout, le Matte Painter est un professionnel qui intervient dans la conception de décors et d’environnements numériques en 3D, et qui joue un rôle essentiel dans le rendu de l’ambiance et des couleurs du projet. Les décors sont souvent faits avec cette technique afin de pouvoir combler le fond vert derrière les acteurs.
Un Matte Painter qui doit faire le travail le plus réaliste possible grâce à des connaissances solides en lighting (éclairage), en composition, et référence visuelle, etc.

Pour rester dans le secteur de l’animation, nous avons aussi les métiers d’animateurs 2D ainsi que 3D.L’animateur 2D et/ou 3D est à la fois un artiste et un spécialiste de l’infographie. C’est pour ça qu’on peut aussi parler d’infographiste 2D ou 3D. Travaillant pour des films, jeux vidéo ou dessins animés, il a comme principal support l’écran de son ordinateur et sa tablette graphique. Son but est de créer et d’animer les dessins grâce à des logiciels spécifiques. Par exemple Photoshop, After Effect, Open Tooz (logiciel qu’utilise, par exemple, le studio Ghibli qui a réalisé des films d’animation mondialement connus comme Le voyage de Chihiro ou encore Princesse Mononoké ). Tout se fait numériquement maintenant.

Le Studio Ghibli est un studio d'animation connu mondialement. Ce serait un rêve pour n'importe quel artiste d'y travailler

En parlant de ça, quel est le rôle du numérique dans les arts graphiques aujourd’hui ?

Les logiciels nous permettent d’avoir un rendement plus rapide dans un secteur où les entreprises font la course entre elles pour pouvoir être le plus rentable possible. Nous, les dessinateurs, devons donc nous adapter à cette course effrénée et devons être le plus efficace possible avec les outils adéquats.

C’est en gardant ça à l’esprit, que chez Voir et dessiner nous avons des stages de digital painting qui s’adressent aux débutants. Ça permet à nos élèves de s’habituer à des outils devenus indispensables dans le monde de l’art actuel et ça leur permet aussi de développer leur art même dans le numérique.
(NDLR : Si nos stages vous intéressent, vous pouvez y inscrire votre enfant en cliquant ici)

Il y a un métier dans le domaine des arts graphiques dont tu voulais parler plus précisément. Quel est-il ?

Je vais parler du concept artist.

J’aimerais rapidement faire une aparté sur un métier avec lequel on confond souvent le concept artist, le métier de game designer. Il ne faut vraiment pas les confondre car le game designer n’est en AUCUN cas un artiste. Il est très difficile de le dissocier du concept artist car le mot “designer” fait référence directement au monde de l’art. Sauf que le game designer est la personne chargée de la conception du game concept. En gros, il analyse les pratiques de jeu, la demande du client et anticipe les évolutions en pratiquant une veille permanente. Il prend en compte le public visé avant de définir son concept de jeu, analyse les jeux existants et évalue le budget et le planning des réalisations. Rien à voir donc avec l’artiste.

Le concept artist, lui, construit tout un univers à partir d’une Direction Artistique, d’un scénario etc.

Il a pour rôle de transformer une idée en création visuelle afin que celle-ci soit vue et comprise par le grand public. Il va utiliser des outils comme le cahier des tendances ou encore les éléments graphiques pensés par le directeur artistique pour réfléchir à l’aspect des différents détails du projet.

Ainsi, le concept artist met en images les directives données par le directeur artistique, le chef de projet ou encore le réalisateur lui-même, afin que tous les interlocuteurs techniques et artistiques aient la même vision de l’univers à créer. Sa mission est ensuite de penser et de dessiner des lieux, des personnages, des véhicules, des créatures… et de donner vie à l’atmosphère du projet.

C’est un métier très important, sans cela nous n’aurions pas tout ce que nous connaissons dans les films (genre stars wars, retour dans le futur, avatar etc.). Et nous aurions encore moins des jeux vidéo viables avec un monde totalement extravagant.

Quel est ton rapport avec le métier de concept artist ?

Je suis moi-même concept artist & DA pour les jeux vidéo ainsi que professeur de dessin ici chez voir et dessiner. J’ai pu travailler pour des indépendants sur des mangas, des jeux de rôles, mais aussi des entreprises de jeux mobiles en freelance.

Et de mon expérience, il est très difficile de rentrer dans ce domaine. C’est encore assez fermé. Et par fermé, je veux dire qu’être concept artist est un métier d’abord passionnant, mais aussi très demandé et pratiquement inaccessible si l’on ne s’en donne pas les moyens. Tout le monde n’arrive pas à le devenir.

Pourquoi ça ?

Eh bien il y a plusieurs raisons à cela. Mais je dirais principalement l’hyper-compétitivité qui est liée à ce domaine, ce n’est pas facile de se faire une place. Par contre, quand on arrive à se positionner, ce n’est pas que du bonheur, mais presque !

Quelles sont les qualités à avoir pour être concept artist ?

Le concept artist (ou concept designer) est souvent une personne avec une imagination débordante et une passion pour la composition d’images et même si le milieu est ultra-compétitif, il faut savoir travailler et avoir un bon esprit d’entraide pour pouvoir évoluer dans cet univers. Il faut également énormément de curiosité et d’envie d’apprendre, que ce soit sur les cultures, l’histoire, l’architecture etc. C’est tout ça qui peut et/ou va transparaître dans nos designs et storytelling (NDLR : le storytelling en art graphique, c’est lorsqu’on raconte une histoire avec une seule image).

Enfin, un bon artiste sait surtout rester humble et n’essaie pas de démotiver ou rabaisser les autres.

Comment définirais-tu avec tes mots le métier de concept designer , Tu en as déjà un peu parlé, mais ça peut paraître un peu flou.

Un concept qu’est ce que c’est ? C’est une idée de/sur quelque chose. Et designer c’est créer avec un but.

Si l’on raccorde les deux mots ensemble on peut donc décrire le concept art comme étant le fait de “créer avec un but, avec des idées uniques à travers l’art de la communication”. Cela appelle donc à beaucoup de connaissances qu’il est important d’acquérir partout où l’on peut les avoir. En tant que concept artist, ce ne sont pas que les capacités artistiques et la technique qui sont prises en compte mais aussi la capacité à donner vie aux concepts.

Par exemple, si nous devons conceptualiser un vaisseau spatial, il ne faut pas penser qu’au design mais aussi à la fonctionnalité de ce dernier. Nous ne pouvons pas avoir un véhicule de ce genre sans penser au réacteur, au cockpit, et à où nous aurons le moteur etc… D’où l’importance d’avoir des connaissances mais aussi de pouvoir avoir des références. Grâce à internet, c’est pratiquement impossible de dire “je ne l’ai pas trouvé”.
Par ailleurs, lorsque nous dessinons nous avons un but, une intention. Par exemple, si je sketch (NDLR : dessin qui est vite fait a partir de référence visuelle ou pas) dans mon sketchbook (NDLR : cahier de dessins) c’est dans le but de m’améliorer, de poser mes idées etc. Eh bien le concept artist, lui, créé pour des jeux, films et animations.

Alors, que fait concrètement un concept artist ?

Je répondrais donc à cette question avec 3 autres questions:

  • Qu’est ce que je fais ?
  • Comment je le fais ?
  • Et pourquoi ?

Ce que je fais et comment je le fais donc :

  • Je fais du design pour une fonction précise. Ce que la direction artistique nous demande de faire mais aussi pour créer un univers.
  • Je fais aussi du digital painting pour une illustration qui va pouvoir transmettre mes idées en une histoire d’une seule image.
  • Pourquoi je le fais ? J’aime dessiner, j’aime le monde du jeu vidéo, j’aime jouer, j’aime rêver et faire rêver.

Si je devais présenter ceci en schéma, cela donnerait ceci.

Le tryptique de la vie d'un artiste graphique

Tout est intrinsèquement lié. On peut voir que créer est au cœur du triangle. En effet, il va lier les 3 pôles qui régissent ma vie : Mon style de vie ou lifestyle. Je passe 90% de ma vie à créer, et ça ne me dérange pas parce que je suis passionnée. Et de cette passion, je ne vois pas ma vie sans créer, et donc en faire ma carrière est le point culminant de mon style de vie et de ma passion.

Comment devenir concept artist donc ?

Premièrement, apprendre à dessiner ! Et pour cela nous pouvons le faire seul chez soi, en autodidacte, mais avec les commodités que l’on a à l’heure actuelle, prendre des cours de dessins est vraiment un plus. Chez Voir et Dessiner, nous donnons des cours de dessins afin d’apprendre des bases solides dans le dessin traditionnel.

Ce n’est pas tout, une fois qu’on apprend à dessiner, il faut débloquer nos capacités. Elles sont en nous, et nous définissent. Mais pour y arriver, il faut sortir de sa zone de confort. Cette zone de confort est un blocage très commun. Mais une fois qu’on a réussi à quitter cette zone de confort nous décuplons nos capacités d’apprentissage, d’étude et de création. Ce qui ouvre un nouveau champ des possibles.

Être concept artist c’est aussi ça: créer des choses qui nous donnent du challenge.

Plus on brise les murs qu’on se crée et plus on “grandit”.

Comment on s'améliore en design et en graphisme

Un petit mot pour conclure ?

En conclusion, je pars sur les 3 principes clés qui font un concept artist :

  • Explorer
  • Apprendre
  • Développer

En tant qu’artistes, nous apprenons tout le temps, nous n’arrêtons pas ! Il n’y a pas de limite, spécialement dans notre ère technologique, ou l’accès aux connaissances est facile.

Il ne faut pas oublier aussi que même en étant professionnel, le travail personnel est important. Dans une production nous créons sous des conditions, des limites. Nous ne pouvons pas prendre les décisions et choix que l’on voudrait quand on est sous une direction artistique. Afin d’entretenir notre flamme et de prendre toujours plaisir dans ce que l’on fait, l’art personnel est indispensable. Il nous permet d’explorer les possibilités, d’apprendre de nouvelles techniques et de nous perfectionner.

Il existe une multitude de métiers dans l’art qui permettent de s’épanouir et de pouvoir être indépendant, en écartant les stéréotypes sur les métiers dans l’art. Beaucoup sont très intéressants sans pour autant enlever cette part de magie et de créativité que l’on a en dessinant, même pour le plaisir.

Si je devais dire un mot à tous les artistes en herbe : Créez, créez, créez ! Le monde n’attend que vous !

Pin It on Pinterest

Share This