Ou comment acquérir les compétences d’observation pour dessiner juste !

En réalité, se poser une telle question revient à opposer la compétence acquise au don… quand on sait pertinemment que le don en dessin doit être cultivé aussi par la pratique, et qu’une pratique guidée, orientée, peut tout à fait supplanter le don. On le sait, un don qui n’est pas cultivé par la pratique est comme une jolie plante qui ne serait pas arrosée… elle finit par faner, et ne plus être éclatante !

Avant d’entrer dans le débat don-compétences acquises, je souhaiterais aborder la notion d’incompétence et son rôle dans l’apprentissage du dessin.

Qu’est-ce que la « compétence »/ Qu’est-ce que « l’incompétence »?

Le propre de la compétence est qu’elle est ancrée par la répétition du geste, donc par la pratique… et d’ailleurs, quel que soit le domaine. Ceci est illustré par les quatre niveaux de compétences par Abraham Maslow, suivant cet ordre :

  • l’incompétence inconsciente… « je ne sais pas que je ne sais pas ». Par exemple, la technique de la sanguine … cela ne vous dit rien ? Dans ce cas, vous ne connaissez donc pas cette technique, et vous ne la maîtrisez logiquement pas.
  • La deuxième étape est l’incompétence consciente, cas dans lequel, vous connaissez certes l’existence de la technique, mais ne la maîtrisez pas.
  • Ensuite, dans l’échelle ascendante, nous avons ensuite la compétence consciente. L’existence de la technique est connue et maîtrisée consciemment. Cela va dire que vous avez la capacité à réaliser la techniquC’est-à-dire qu’elle nécessite de l’attention et de la conscience dans sa pratique.
  • Et enfin, nous avons la compétence inconsciente, où la maîtrise de la technique est en mode automatique. Cela signifie le fait de réaliser sans réfléchir, de manière presque instinctive une chose. Si l’on vous demande de tracer un cercle, globalement, vous tracerez à main levée, et sans réfléchir un cercle.
dessin-utilisant-la-technique-de-la-sanguine

Dessin utilisant la technique de la sanguine.

Nota bene : Cette technique de dessin très ancienne doit son nom à sa couleur qui provient d’une roche contenant de l’oxyde de fer.

Il existe donc 2 types de compétences et des 2 types « d’incompétences ». Ces définitions données par M. Abraham Maslow m’ont fait réfléchir sur la façon dont sont catégorisées les personnes douées en dessin et les personnes dites moins douées. Dans cet article, je décortique ces éléments afin de découvrir si la capacité à dessiner serait innée ou pas.

Comment définir le don ou la capacité à dessiner de façon innée ?

Pour revenir au dessin, la pratique de ce dernier peut paraître difficile, voire décourageante pour les personnes qui ont l’impression que leur résultat n’est pas ressemblant, ou bien juste laid… mais en réalité les techniques pour que cette représentation soit fidèle à notre volonté sont à la portée de chacun !

Certes, les personnes dites douées en dessin ont une intuition naturelle pour tirer le trait juste, représenter l’objet avec exactitude, représenter les bonnes proportions, les ombres, les matières, le mouvement, rendre l’impression de l’épaisseur, tandis que les autres doivent apprendre et développer leurs compétences pour dessiner. Les compétences concernées consistent finalement à savoir représenter un objet ou tout autre sujet en trois dimensions sur un plan en deux dimensions, ce qui fait appel à des capacités visuelles et des capacités gestuelles. L’observation est donc un sens très sollicité dans le dessin, avant le geste lui-même. Il est vrai que nous ne sommes pas tous égaux quant aux facultés aiguisées d’observation.

Le don de dessiner serait-il lié à la discrimination sensorielle ?

En effet, les études (Melnick et Al. 2013) montrent que les personnes hypersensibles ont une meilleure performance aux taches de discrimination sensorielle, c’est-à-dire la capacité à sélectionner l’information sensorielle pertinente. Dans le cas de la reproduction d’un paysage, vous en tant que personne hypersensible (par exemple), aurez plus vite fait de voir et repérer l’essentiel des caractéristiques à reproduire pour que le dessin soit fidèle en quelques traits, et ce immédiatement…les contours des arbres, la ligne d’horizon, les mouvements présents, la luminosité.

photo-paysages-reperages-rapides

Photo paysage et repérages rapides.

La discrimination sensorielle est donc cette aptitude à filtrer, en supprimant les informations sensorielles non pertinentes de façon efficace, en mémoire de travail. Par exemple, quand vous cherchez un crayon dans une grande trousse remplie. Ainsi, l’hypersensible bénéficie d’un traitement de l’information visuelle plus efficace. Mais la bonne nouvelle est que ce traitement efficace peut être aussi obtenu par la connaissance et la pratique. Elle n’est pas seulement réservée aux hypersensibles et aux personnes douées !

Comment Voir et dessiner aborde l’apprentissage du dessin ?

Le concept même d’apprentissage de « Voir et Dessiner » est justement basé sur ces principes d’observations.

• Voir, puis dessiner,

• Observer, puis dessiner,

• Savoir observer puis dessiner !

Les cours de dessin y abordent non seulement l’importance de l’observation, de la sélection des informations à reproduire, mais aussi vous enseignent les principes des illusions d’optique à éviter, et à savoir contourner.

exemple-illusion-optique-connue

Exemple d’illusion d’optique connue

Plus précisément, la conceptrice de la pédagogie « Voir et Dessiner » s’est intéressée très précisément aux biais cognitifs pour savoir mieux traiter l’information visuelle et la reproduire, comme les différents aspects constituant la perception d’un objet et sa reproduction, à savoir tous les aspects techniques depuis les caractéristiques de l’observation, jusqu’à celle de la modélisation.

Dans les cours de dessin de « Voir et dessiner », on nous enseigne à savoir observer, c’est-à-dire :

  • Comment fixer son regard
  • Comment appréhender le sujet avec le mouvement des yeux
  • Comment le fait de cligner des yeux et les rouvrir permet de voir immédiatement l’essentiel….
  • Comment balayer une image
  • Comment analyser les 3 dimensions, pour le reproduire en 2 dimensions par une observation analysée du mouvement, de la perspective, des directions….

Les cours de dessin de « Voir et Dessiner » vous enseignent donc l’analyse visuelle pour dessiner avec précision, et vous donnent les techniques pour observer comme un hypersensible le fait !

Bien entendu, savoir dessiner, c’est aussi savoir poser son crayon, mais avant cela connaître la large gamme de matériels disponibles et leur utilité. Le fusain … pour quoi ? le crayon 4B pour quel dessein. Quand utiliser le 2H ?… Et tellement d’autres aspects.

Savoir dessiner, une fois les techniques d’observation acquises, c’est avoir un mouvement assuré, savoir positionner sa main… par la répétition du geste pour tendre vers la compétence inconsciente.

En bref, dans les cours de dessin de « Voir et Dessiner », vous allez vite voir vos dessins ressembler à ce que vous imaginez !

Finalement, le dessin, est-ce un don inné ou une compétence qui se travaille ?

En conclusion, le fait de savoir dessiner n’est pas quelque chose d’inné mais quelque chose qui s’exerce au fil du temps. Avec les cours dispensés par Voir et dessiner, l’apprentissage de techniques basés sur l’observation permettra à toute personne de dévelloper son don pour le dessin.

Pin It on Pinterest

Share This